SHARE

L’abondance du Poivrier sauvage dans nos forêts

Lors d’une promenade à l’ouest de l’île Maurice dans le village haut perché de Chamarel, j’ai vu vers la fin d’avril un nombre innombrable de Poivriers sauvages, produisant une abondance de baies roses à saveur poivrée.

De son vrai nom, le’ Schinus terebinthifolius ’, cette plante est originaire du Brésil et s’est naturalisée à toute altitude. Cette espèce, résistante aux insectes et aux maladies fut mentionnée pour la première fois par James Duncan en 1863.  Ses fruits sont largement disséminés par les oiseaux et elle est devenue envahissante, car elle produit énormément de graines qui germent facilement.  Elles sont aujourd’hui exportées en tant qu’épices.

Les feuilles, elliptiques ou oblongues, sont d’un vert persistant et les fleurs dégagent une odeur de térébinthe.  Mellifère, le poivrier sauvage permet la production d’un miel discrètement parfumé. Ses vertus médicinales en tant qu’anti-inflammatoire, cicatrisant et antimicrobien ne sont hélas pas exploitées ici.  Les herboristes utilisent certaines parties contre le rhumatisme, le mal de dents et l’infection de la bouche.

En parfumerie, son essence est recherchée pour sa délicatesse, appréciée pour réhausser un accord floral.  Douce et sucrée, elle reflète un tempérament féminin et libère pour un nez connaisseur une fragrance accueillante qui invite au partage.

Les baies roses demeurent à l’île Maurice comme un condiment à saveur piquante, voire légèrement anisée et sucrée, aux propriétés apéritives et digestives.  Elle aromatise viandes et poissons et dans des rares fois est rajoutée dans de la salade de fruits exotique pour la relever.

Cette senteur du poivrier sauvage me transporte à cette distillerie traditionnelle du côté de Anse Jonché au sud-est. Les huiles essentielles produites à partir d’autres herbes, fleurs et plantes tels que la citronnelle, le Ylang Ylang, le romarin, le géranium qui y sont distillées laissent s’échapper ces odeurs tout aussi agréables et pénétrantes.

Cette halte du côté de Chamarel en vaut le détour, mais nombreux sont les voyageurs et visiteurs de passage qui ne prêtent hélas pas beaucoup d’attention aux poivriers sauvages, faute de temps ou de manque de connaissances.

Pourtant c’est dans la nature que l’on retrouve l’essentiel qui nous guérit de nos maux et c’est la nature qui nous éblouit par ce qu’elle peut produire. Il suffit simplement d’avoir l’œil. Nous sommes bénis ici d’être entourés de nature luxuriante que nous devons absolument préserver.

Que l’abondance de Poivriers sauvages dans nos forêts ou aux abords de nos routes vous réjouisse. Moi, j’en suis convaincue ! Il suffit d’être guidés !

Lza M Natur

Invitation à découvrir le Domaine des Aubineaux !
breadLe livreur de pains-maison : notre réveil matin

Related Posts

Latest Posts