SHARE

Ile Maurice … l’amour au temps de nos ainés! 2 ième partie

Continuons notre voyage dans le temps, lorsque nos ainés étaient touchés par la flèche de Cupidon!

Après avoir reçu la bague d’arrêt, la future mariée pouvait commencer la préparation de son trousseau de mariage car il revenait à la jeune fille de prévoir ses vêtements ainsi que tout le linge de maison. Les serviettes de bain et les draps confectionnés étaient joliment brodés aux initiales du couple. A chaque occasion, et ce, jusqu’au mariage, la jeune fille se verrait offrir quelquechose pour son trousseau! La mère avait pour mission de s’ assurer que sa fille soit une parfaite femme d’intérieur en lui apprenant, entre autres, à cuisiner et à tenir une maison!

Venaient ensuite les fiançailles qui étaient célébrées dignement chez la jeune fille, en compagnie des membres de la famille élargie. Un bel évènement qui permettait aux familles respectives de se rencontrer autour d’ une table superbement décorée où gâteau et coupes de champagne étaient disposés. La belle porterait désormais à son doigt la bague de fiançailles offerte par son futur mari. Cette étape donnait droit aux fiancés de faire des sorties mais attention… les séances au cinéma en matinée ou autres sorties ne se faisaient jamais seuls! Vous n’ y pensez pas! La fatrie était alors mise à contribution à chaque sortie. Le frère ou la soeur ainés servaient de chaperons, ne laissant absolument aucune liberté aux fiancés! Le couple devait user de pas mal d’imagination afin de pouvoir se retrouver un tant soit peu seuls, certains allant même jusqu’à soudoyer le chaperon! Il suffisait de connaitre leur point faible: un paquet de cigarettes ou une tablette de chocolat pouvaient quelquefois suffire!

Nul besoin de dire la hâte des fiancés d’arriver enfin au jour de leur mariage, car le temps des fiançailles pouvait durer généralement un an ou plus. Il fallait juste prier qu’aucun aïeul ne rejoigne l’au-delà entretemps car, la période de deuil qui pouvant durer des mois, retarderait certainement les épousailles. Et nous voici enfin au jour de cette fameuse belle célébration où parents, amis, voisins et connaissances étaient invités. Le mariage était grandiose, à l’issue de quoi, les nouveaux mariés pouvaient enfin se retrouver seuls chez eux. Il était alors rare que les mariés partent en lune de miel, même s’il arrivait à certains chanceux d’aller passer une semaine dans un “campement” (villa) en bord de mer. Le lendemain du mariage, les deux familles n’ oubliaient pas de déposer un morceau de gâteau et un faire-part de mariage à ceux qui n’auront pas fait partie de la longue liste d’invités. Une dernière fête appelée “retour de noces” était organisée une semaine après le mariage en petit comité, cette fois. Cette fête avait pour but de prolonger les festivités, une tradition qui consistait à fêter avec les mariés leur retour de leur nuit de noces!

Si ces us et coutumes vous ont fait sourire, demandez à vos ainés de vous raconter leur propres anecdotes afin de faire mémoire de toutes ces petites perles qui font partie intégrante de l’héritage de nos familles.

NadElle

Ile Maurice… l’amour au temps de nos ainés! 1ère partie
Ile Maurice - Héritage culinaire: Les “pistas” mauriciennes!

Related Posts

Latest Posts